Qui est en ligne ?

Nous avons 2 invités en ligne

Google Analytics


Designed by:
SiteGround web hosting Joomla Templates
Kiwi-Caillette - 1 an en Nouvelle-Zélande, Australie et Polynésie - Décembre 2008 - décembre 2009
Dernière semaine au pays des kiwis
Écrit par Clem et Ced   
Mardi, 01 Décembre 2009 22:52

Après le Tongariro Crossing, nous avons passé ces derniers jours dans le centre et l’est de l’île du Nord.
Samedi soir et dimanche matin, nous étions près de Rotorua afin d’observer des kiwis : pas les fruits, ni les habitants, mais les animaux que nous n’avions encore jamais eu l’occasion de voir « vivants ». Et oui ces petites bêtes ne sortent que la nuit et sont très craintives en raison de leurs nombreux prédateurs. Et pourtant, même s’ils ne peuvent pas voler ces drôles d’oiseaux de la famille de l’Autruche, courent très vite !


Nous avons ensuite continué notre route vers l’Est, afin d’aller jusqu’à l’East Cape, le point le plus à l’Est de la Nouvelle-Zélande et donc le premier au monde à voir le soleil chaque jour. Après 10 km de gravel road (que nous n’avons normalement pas le droit d’emprunter avec un véhicule de location), nous avons gravi les 757 marches jusqu’au phare et passé la nuit sur place (après être redescendu bien sur…).



Même si le temps est maussade, les fruits eux sont bien là donc avant de retrouver l’hiver en France, nous nous gavons de fraises, framboises, myrtilles, bananes, raisin, kiwis, boysenberries…

 

Aujourd’hui nous remontons tranquillement vers Auckland où nous devons prendre notre avion demain…  On est un peu nostalgique de quitter ce pays mais l’échéance approchant, nous avons aussi envie de passer à autre chose, de rentrer et revoir tout le monde. Les vacances en Polynésie nous auront permis de faire une bonne coupure avec l’aventure néo-zélandaise et finalement le plus dur était de quitter Wellington, ville où nous avions construit le plus de liens.

Ne vous en faites pas, ceci n’est pas (encore) le mot de la fin, il y aura des articles supplémentaires… Mais plus beaucoup maintenant…

 
Tout vient à point à qui sait attendre…
Écrit par Clem et Ced   
Dimanche, 29 Novembre 2009 22:01

Enfin après environ un an d’attente, notre tour est venu ! Vendredi nous avons enfin pu faire le Tongariro Crossing, une randonnée de 19,4 km au cœur des volcans de l’île du Nord.

La randonnée commence à 1150 mètres d’altitude, s’élève jusqu’à près de 2000 mètres et se termine à 750 mètres. Il s’agit d’une zone très exposée, donc le temps est souvent mauvais et dans ce cas, il est interdit de faire la randonnée. Et les conditions peuvent changer très vite : l’année dernière, nous avions réservé la navette (qui nous emmène au début du parcours et vient nous chercher à la fin) et arrivés à 7h du matin au point de départ, un membre du Department of Conservation (le DOC – organisation qui gère les parcs nationaux en NZ), nous avait dit que le temps avait tourné et que les conditions étaient trop mauvaises pour entreprendre cette marche.

Bref, jeudi matin nous récupérons notre campervan de location à Auckland – coup de bol, nous avons été « surclassés » dans un véhicule mieux que celui qu’on avait loué. La météo se présentait bien pour vendredi donc on a mis le cap sur Taupo à 4h de là pour réserver la navette, puis Turangi pour être le plus proche possible du départ et donc se lever le plus tard possible (la navette étant à 7h). De toute façon nous voulions vraiment faire cette randonnée présentée comme une des meilleures rando d’une journée de l’hémisphère sud donc nous étions déterminés à attendre jusqu’à ce que la météo soit suffisamment clémente.

Par chance vendredi, nous nous levons sous un soleil radieux et un ciel bleu qui ne nous quitteront pas de la journée. Nous entamons donc l’ascension tout heureux de rechausser nos chaussures de marche !

La première heure est tranquille, la montée est douce, on marche jusque dans une vallée au pied du Mont Ngauruhoe – le Mordor du Seigneur des Anneaux.

 Cédric au milieu contemplant le Mordor à droite

 

Puis pendant 45 minutes il faut monter les Devil’s Staircase, là on souffle un peu plus, mais au fur et à mesure que l’on s’élève, la vue de plus en plus exceptionnelle, on voit même le mont Taranaki au loin.


Nous arrivons ensuite dans le South Crater, où le parcours redevient plat.

Puis la dernière grosse ascension dure une heure jusqu’au Red Crater, le point culminant où on a une vue époustouflante sur un immense… cratère rouge (vous l’aviez deviné !).

 

Comme nous avion bien avancé jusque là, nous avons fait un petit détour (side track) de 3 km jusqu’au sommet du Mont Tongariro.


On voit les 4 sommets sur la photo du dessus :

1er plan : Mont Tongariro

2° plan : Mont Ngauruhoe – le Mont Doom du Mordor (Seigneur des anneaux)

3° plan : Mont Ruapehu – où nous avions skié au mois d’Aout

4° plan : Mont Taranaki – caché en tout petit à droite

 

De retour sur le parcours principal, la première descente est impressionnante, très raide et dans des débris de pierres dans lesquelles on s’enfonce. La meilleure solution et la moins fatigante est donc de se laisser porter par la pente et de courir tout droit ! Le moment préféré de Cédric !

Nous passons ensuite près des Emerald Lakes et un peu plus loin du Blue Lake.


Une petite photo spéciale de Cédric

 

Et enfin c’est la descente finale (et un peu interminable) de 10 km de l’autre côté du Mont Tongariro.

 

Bilan des courses : 22,4 km, 6h pour le Tongariro Crossing + 1h15 pour l’aller-retour jusqu’au sommet du Mont Tongariro et quelques courbatures le lendemain ! Mais les paysages étaient sublimes et très différents de tout ce que l’on a pu voir jusqu’ici.

 
Adieu petit van…
Écrit par Administrator   
Jeudi, 26 Novembre 2009 00:00

Les adieux ont été déchirants… !

 

Enfin, faut pas exagérer non plus… Ce n’est qu’une voiture, mais dans notre cas c’était aussi notre toit. Nous avons passé une bonne partie de notre dimanche à nettoyer entièrement la petite bête, vider toutes les petites babioles et nos gros sacs d’habits car comme prévu, nous avions rendez-vous lundi matin avec les acheteurs, Delphine et Benjamin, pour la transaction. Pour avoir ainsi plus de temps et l’esprit tranquille et revisiter un peu Auckland, nous avons trouvé un couchsurfing à Auckland (Parnell plus exactement) de dimanche soir et à jeudi matin. Mark et sa maman, nos hôtes, sont super sympas et habitent une superbe villa du quartier dans le quartier où vit aussi le Premier Ministre Kiwi. Dès le premier jour ils nous ont donné la clé de la maison afin que nous puissions organiser nos journées à notre guise. Nous sommes vraiment bien tombés.

 

A 10h30 lundi matin, dernière photo avec la voiture et départ pour le centre ville où nous avons retrouvé Delphine et Benjamin. Après quelques explications et démonstrations, nous finissons dans une Poste pour faire le changement de propriétaire, il est 14h30, la voiture ne nous appartient plus… Nous sommes SDM (Sans Domicile Mobile…).

 

     

 
Les nouveaux propriétaires, Delphine et Benjamin

Mais pas pour très longtemps heureusement, nous avions planifié un peu tout ça le mois dernier et nous repartons aujourd’hui en campervan (de location cette fois) pour une semaine dans le centre de l’île du Nord. Notre premier but est de faire le Tongariro Crossing, la randonnée d’une journée la plus célèbre de Nouvelle-Zélande autour des volcans où nous étions allés skier. Mais pour cela il faut que la météo soit bonne, sinon la rando est interdite.

 

Puis jeudi prochain vers 14h (heure NZ), nous quittons le pays pour une arrivée à Paris à 5h45 le vendredi 4 après deux fois 12h d’avion et 3h de transit à Hong Kong.

 

PS. Désolés pour tous les mails non répondus ces derniers temps mais la maison où nous sommes n’a pas Internet donc il est un peu difficile pour nous de nous connecter.

 
Derniers jours sur Tahiti
Écrit par Clem et Ced   
Mardi, 24 Novembre 2009 00:00

Mélanie et Olivier ont eu la gentillesse de nous héberger à nouveau pour 3 nuits et nous étions ravis de repasser un peu de temps avec eux.

Samedi soir direction l’Intercontinental de Tahiti, où nous avons mangé des glaces énormes et assisté à un spectacle de danse tahitienne. Superbe !

 

Dimanche, ils nous ont emmené voir des cascades et le trou de Souffleur (qui ne soufflait pas ce jour-là donc on ne s’est pas attardé).

Et pour se rafraîchir, nous sommes allés sur leur plage préférée faire du snorkeling. Et on ne l’a pas regretté, de tout notre séjour c’est là que nous avons vu le plus de coraux, de couleurs et de poissons différents !

Merci encore à tous les deux pour nous avoir hébergés et fait découvrir toutes ces choses !



Et n'oubliez pas d'aller voir les albums Picasa que l'on vient de mettre a jour !
 
Huahine 2 - Bienvenu au Paradis
Écrit par Clem et Ced   
Dimanche, 22 Novembre 2009 00:00

Nos deux dernières nuits étaient réservées au Motu Mahare, situé sur un îlot, accessible uniquement par la mer… Il faut bien avouer qu’après tous les coups de soleil et les piqûres de moustiques, on avait un peu peur pour ces deux nuits.

 



Walter est venu nous chercher en ville et nous a fait traverser jusqu’au motu sur son petit bateau (qu’on a eu peur de faire couler avec notre gros sac !). Et quand on est arrivé sur le Motu, on a pris un coup, c’était magnifique ! En pleine cocoteraie, Walter (un Français exilé en Polynésie) et sa femme Kim (Anglaise) ont aménagé un petit coin de paradis. Ils ont créé des petits chemins qui mènent à différent bungalows (« Fare ») : notre chambre, la salle de bain, la cuisine… Le tout superbement décoré avec vue d’un côté du Motu sur le lagon et les montagnes de Huahine et de l’autre sur le lagon aussi et l’océan à perte de vue…

 

 

Et Kim et Walter sont d’une gentillesse incroyable. Le premier soir, Walter nous a fait goûter l’uru, un féculent que l’on fait cuire dans le feu et qui a un peu (je dis bien un peu) le goût de la châtaigne et est très bourratif. Le deuxième il nous a appris les techniques pour ouvrir les noix de coco, casser la coque, râper la coco et extraire le lait. Super rigolo (enfin un peu dur aussi !).

 


Comme on était dans une cocoteraie, on entendait les noix de coco tomber parfois, il fallait prendre garde à ne pas être dessous au mauvais moment. Et le sol était jonché de trous fait par les crabes de terre – mais pas de danger, au moins mouvement on les voyait tous rentrer au fond de leur trou. Par contre attention à ne pas laisser les brosses à dent à leur portée, sinon ils les volent !

On en a donc bien profité : kayaks là encore, snorkelling, sieste dans le hamac…

 

 

 

 

Et puis samedi Walter nous a raccompagné à l’aéroport où nous avons pris l’avion pour Tahiti via Bora Bora.

Moorea étant à 30 minutes de ferry de Papeete, l’île est beaucoup plus animée et touristique et les activités sont nombreuses. C’est sympa dans un premier temps, mais nous avons préféré Huahine et son ambiance super relax, c’est vraiment la dolce vita, on prend le temps de vivre. Par exemple même si la route est droite et la limitation à 60km /h, les gens roulent à 40, tranquille… Nos 5 jours sur Huahine étaient donc plus farniente que sur Moorea. Et puis surtout Huahine est vraiment belle, plein de baies et de recoin, eau turquoise et translucide, plage de sable blanc… D’autres îles nous auraient probablement également plu, mais nous ne regrettons pas de nous être attardés sur celle-ci.

 
Moorea (suite)
Écrit par Clem   
Vendredi, 20 Novembre 2009 00:00

Samedi 7, troisième jour à Moorea et RDV à 8h30 le matin pour 6h de bateau à la recherche (et rencontre) des baleines à bosses, des dauphins (sauvages cette fois-ci), des requins à pointes noirs (sans danger pour l’homme – enfin normalement) et des raies pastenagues.
Nous avons de la chance, les baleines à bosse partent habituellement fin octobre de la Polynésie Française pour rejoindre l’Antarctique avec leur nouveau-né, mais cette année, certaines se sont attardées un peu, notamment une maman avec son baleineau et un mâle intéressé par la maman.

Bernard qui mène le bateau les repère rapidement dans la baie d’Oponuhu et nous naviguons à leur rencontre. Sur le catamaran à moteur, nous ne sommes que 12 passages ce qui est très agréable – plus tard nous serons rejoints par d’autres bateaux surbookés où les gens se battent pour faire une photo.

 


Première étape : l’approche afin de voir si ces gros mammifères (20t pour la maman – faut pas faire les malins) sont calmes. Le baleineau doit remonter à la surface plus fréquemment et nous offre un beau spectacle à chaque fois – mais on ne se rend pas encore bien compte de sa taille… On part à l’eau (en masque-tuba-palme), Cédric en tête et là on se retrouve à quelques mètres du petit et de sa mère, c’est impressionnant, il n’y a pas d’autre mot, ces animaux sont tellement énormes !! On regarde sous l’eau et ça n’en finit jamais…  Dommage que l’eau n’était pas très claire, en photo on ne se rend pas bien compte ! En tout cas on a adoré et ça reste le meilleur souvenir de nos vacances. Cédric était parti avec l’appareil photo et a quand même pu faire beaucoup de photos et surtout vidéos dont une où il s’est fait surprendre par la proximité de la nageoire caudale de la mère avec lui (2m d’écart) tout en filmant le baleineau (on vous montrera tout ça bientôt !)


On a ensuite aperçu quelques dauphins en naviguant vers le coin des raies et des requins. Puis plus tard, on s’est à nouveau mis à l’eau pour caresser les raies (tout doux) et voir les requins.

 

 

 

 

 

Cette journée était géniale mis à part les coups de soleil !!

 



Nous avons passé les deux nuits suivantes chez Isa en Couchsurfing. Isa vit à Moorea depuis 17 ans et avec elle nous avons préparé le fameux thon cru au lait de coco – ci-dessous Cédric presse la coco râpée pour en extraire le lait. Merci encore de nous avoir hébergés durant ces 2 nuits !



 
Huahine, l'île femme
Écrit par Clem   
Vendredi, 20 Novembre 2009 00:00

Lundi 9 au matin, nous avons embarqué à bord d'un nouvel avion (de 66 places cette fois) pour Huahine.

Également appelée l'île femme, Huahine est une des îles les plus sauvages de Polynésie avec un paysage tropical exubérant. Située à 170 km au nord-ouest de Tahiti, elle a la forme d'un papillon dont les deux ailes s'étendent de part et d'autre de deux grandes baies ouvertes.

  

Comme Tahiti, c'est une île haute d'origine volcanique, entourée d'un lagon ponctué d'une ligne de « motus », îlots avec quelques cocotiers et bordés de plages de sable clair. Son relief est constitué de pics et de crêtes où les plantations de vanilliers et de bananiers poussent à flanc de montagne. Les villages et les petits ports (plutôt des embarcadères) sont nichés au creux des indentations, face aux « passes » (trouées dans la barrière de corail entre océan et lagon permettant aux bateaux de parvenir jusqu’à la côte).

 

 

Nos deux premières nuits étaient réservées dans une pension (Te Nahe Toe Toe) tout au sud de l’île, la partie la plus sauvage. Nous étions dans un petit bungalow tout mignon donnant directement sur la plage, le sol jonché de coraux et le tout très bien décoré bien qu’un peu petit.

      

Nous étions en ½ pension, ce qui nous a permis de faire la connaissance des autres occupants qui étaient fort sympathiques. Seul bémol, la propriétaire, Armelle (une Polynésienne) était un peu lunatique et surtout pour elle « business is business », pas très commerçante, quoi ! Mais tout s’est bien passé quand même.

Premier jour : on a emprunté les vélos de la pension (vélos de style hollandais, pas de vitese et pour freiner il faut retro-pédaler – un peu casse-gueule quand même) pour aller faire du snorkeling un peu plus loin du des coraux, c’était assez sympa. Et en fin d’après-midi, une petite balade en mer sur les kayaks de la pension (c’étaient des kayaks une place malheureusement donc j’ai été obligée de pagayer ;-).


Le lendemain, on a loué une voiture pour faire le tour de l’île : cocoteraies, maraes (anciens temples), pièges à poisson, panoramas… c’était sympa mais sans plus, rien de vraiment extraordinaire à voir. Le plus beau, ce sont les vues sur l’île et son lagon, vraiment paradisiaque.
On a également bien aimé Fare, la petite ville de l’île et son ambiance tranquille.

 


Le 3e jour, nous sommes partis en mer pour faire de la plongée avec Annie de Manaha Dive, elle mérite bien qu’on lui fasse un peu de pub parce qu’elle est vraiment géniale, pleine d’énergie et super sympa. Elle nous a emmenés à 12 mètres de fond voir les coraux et les poissons. On a vu aussi une murène énorme.
Comme en Australie, Cédric était comme une poisson dans l’eau (c’est le cas de le dire) pendant les 45 minutes sous l’eau, de mon côté, il m’a fallu un peu de temps pour me sentir à l’aise, ensuite ça allait.


Cédric a remis ça le lendemain dans un autre coin. Je l’ai accompagné sur le bateau et j’ai donc pu le prendre en photo tout équipé !



 
La Dépêche de Tahiti
Écrit par Clem et Ced   
Jeudi, 19 Novembre 2009 03:19

 Et voilà l'article du journal ! Merci Mélanie de nous l'avoir scanné !

 
Plus d'articles...
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 de 20